BPA, BPM & RPA

L’automatisation est au centre des considérations de Hub Collab depuis sa création. Au sein de cette structure, nous avons automatisé des centaines de processus métiers sur de nombreuses verticales. Le BPA (Business Process Automation), inclut l’ensemble des formes d’automatisation « rapides » de processus métiers. Cette branche complète généralement l’offre liée aux plateformes BPM (Business Process Management) : les process pris en charge dans les plateformes BPM se révélant souvent être des processus lourds, dont le niveau de criticité justifie largement le coût de ces plateformes et l’investissement induit par leur mise en oeuvre. En revanche pour les process plus opérationnels et moins critiques, la lourdeur des plateformes BPM justifie l’usage de plateformes plus légères, de LowCode/NoCode, communément nommées BPA.

Le RPA (Robotic Process Automation) dans tout ça? Celui-ci permet principalement d’automatiser des tâches manuelles via des scripts/bots simulant la main humaine. Il se diffère de ses deux grands frères (ou de grandes soeurs, au choix!) par le fait qu’il soit directement lié à l’interface graphique des outils, tandis que plateformes BPA et BPM se connectent généralement au niveau des API. Cela dit, l’interaction de ces 3 plateformes peut permettre d’automatiser n’importe quel type de processus!

Et si on devait compléter le tableau on rangerait tout cela dans la catégorie du DPA (Digital Process Automation). Bref, tout un programme…

Typologie des processus d’entreprise

Le NPA qu’est ce que c’est ?

Lorsque vous automatisez un process via une plateforme de BPA ou de BPM, dans la majorité des cas, vous avez soit un formulaire en entrée, soit un document à soumettre, ou une entrée en base de données d’une certaine forme de données. Cela stimule un trigger qui active le workflow qui exécutera ses tâches automatisées ou manuelles.

Et bien le NPA, c’est simplement le fait d’automatiser ses process, via du langage naturel lorsque cela est possible. Vous n’allez, bien évidemment, pas saisir des formulaires qui vous demanderont de respecter des formalismes de saisie complexes, des règles de validations (etc etc,…), mais vous allez simplement exprimer votre demande via du langage naturel (écrit ou parlé),  à un chatbot, celui-ci disponible au sein de vos outils quotidiens.

A la soumission de votre demande initiale, charge au bot de vous faire compléter ou non votre demande afin d’exécuter le scénario complet.

Donc pour faire simple : BPA + NLU = NPA

La majorité des outils de BPA d’aujourd’hui fonctionnent sans code, via des éditeurs dragNdrop. La stratégie No-Code de ces plateformes a fait leur succès. Il semble évident qu’une plateforme NPA va également devoir respecter les mêmes codes : facile à prendre en main, simple à intégrer et simple à agrémenter.

Vers un nouveau type d’automatisation

Pour parvenir à automatiser des processus en langage naturel, au delà de la compréhension des phrases saisies par un utilisateur, il est nécessaire de pouvoir élaborer un dialogue entre le bot et l’utilisateur via des mécanismes naturels du langage humain, par exemple les questions ouvertes et les questions fermées par exemple et quelques éléments de logique afin de concevoir des arbres de décision.

Dans la discussion que vous allez mener avec un interlocuteur humain, celui-ci va vous poser un ensemble de questions jusqu’à ce qu’il ait en sa possession l’ensemble des informations lui permettant de traiter efficacement votre demande. Pour le bot cela doit être la même chose, il doit juste être capable de récupérer chacune de ces informations, que ce soit dans une discussion structurée ou dans une discussion non structurée. Une fois que ce problème est résolu, vous devez pouvoir alimenter votre dialogue d’interactions avec les divers outils de votre SI.

Le NPA ne se subsitue pas au BPA, il l’étend!

 

Le retour de la demande de congés!

Ah, la fameuse! Celle là, dans ma vie passée d’évangeliste chez Nintex, j’ai bien dû en faire des centaines de fois la démo ! Elle est très simple, elle est souvent représentée par un formulaire de saisie qui va lancer une approbation au manager pour ensuite aller peupler le SIRH de votre choix.
Dans la réalité, vous devrez connaître l’adresse de votre formulaire, soumettre votre demande par un formulaire, celui-ci étant relayé à un workflow qui va effectuer ses validations.
Ne serait-il pas plus facile d’effectuer sa demande de congés via un simple bot en langage naturel? que ce soit sur le site de votre SI habituel ou depuis votre mobile via une apps centralisée, voire depuis votre Alexa/ Siri /Cortana…?
La complexité pour ce genre de système est de comprendre la subtilité de la langue. Vous aimeriez pouvoir poser des questions aussi variées que :

  • Je veux poser mes congés du 4 au 6 janvier
  • Je veux poser mes congés la semaine de Noël
  • Je veux poser mes vacances à partir de Lundi prochain pour 4 jours
  • Partir en congés pour semaine à partir de la première semaine de mars

J’ai pu tester beaucoup de bots, et j’aime chercher ce genre de scénarios (incluant des intervalles de dates), car cela fait partie des tests qui permettent de vérifier la puissance des bots : Dans le cas « Je veux poser mes congés la semaine de Noël », quoi de plus frustrant que se voir répondre « Je vois que vous voulez poser des congés, à partir de quelle date? » ? Beaucoup de bots fonctionnent avec des scores approximatifs et des résultats plus ou moins bons pour identifier l’intention (de la demande), mais souvent avec une mauvaise gestion des entités (i.e. paramètres). A partir du moment où une intention est identifiée, le scénario se déroule et peut amener à des discours incohérents (s’il ne s’agit pas de la bonne intention) car le moteur de ces chatbots ne permettrait pas de gérer ces différents cas

IronMan avait Jarvis, et vous…?

Difficile dans ce cas là de ne pas faire appel à nos références Marvel : jarvis c’est l’assistant virtuel de Tony Starck à qui, il peut demander à peu près n’importe quoi et qui le fait… Le rêve de tout travailleur !

Imaginez le temps que vous pourriez économiser si au lieu d’ouvrir votre CRM pour chercher le numéro de commande afin de le saisir dans votre ERP pour en visualiser le status, vous pouviez simplement demander cela à Jarvis….

Dans mon quotidien, je switche entre 5 à 6 outils, mais il y en a un qui depuis l’an passé trône au dessus des autres, c’est Microsoft Teams. Il est toujours ouvert. Naturellement, c’est dans Teams que j’aimerais pouvoir faire mes demandes à mon bot, et même j’irais un peu plus loin… selon le canal teams dans lequel je me trouve j’aimerais pouvoir faire différents types de demande. Je ne voudrais pouvoir faire mes demandes de congés que dans mon canal perso sur le Teams RH. J’aimerais pouvoir demander l’état des ventes d’un client (interactions avec Dynamics365 ou SalesForce) dans le Teams « Sales », et j’aimerais poser mes questions basiques sur la RGPD (pour lesquels je n’ai pas envie de partager mes interactions) dans un discours 1-To-1 avec mon pote bot!

Car oui bien sûr un bot qui ne ferait qu’automatiser ne ferait que la moitié du chemin, alors qu’il pourrait également accéder à des bases de connaissances se jumelant avec les dialogues d’automatisation pour constituer un chatbot mélangeant la connaissance de l’entreprise et les scénario d’automatisation en langage naturel…

 

Et Hubi alors?

Hubi.ai a été créé pour répondre à ces enjeux :

  1. Automatisation en langage Naturel sur un moteur NLU Propriétaire
  2. Nombre de bases de connaissances illimité
  3. Nombre de scénarios illimité
  4. Outil de scénarisation / automatisation en mode Drag N Drop
  5. Bases de connaissances multilangues sur étagère (des milliers de questions sur des dizaines de domaines d’expertise fournies OutOfTheBox)
  6. Multi canal (Teams, SharePointOnline, Web)
  7. Contextualisation des bots (choix des sources de connaissance et de scénario par canal de communication)
  8. Sécurisation des connections par compte de service et/ou par utilisateur courant Hébergé sur Azure
  9. AUCUN SURCOÛT DE CONSOMMATION AZURE (0, Rien, Nada, Nichts, Walou!)(Cf. Les coûts des chatbots Azure)

Nous avons créé Hubi pour être le plus simple possible, le plus cost-effective possible et surtout évitant toutes les surprises de surcoûts à la consommation.

Alexandre a dirigé plusieurs équipes de développements, avant de rejoindre Nintex, leader mondial de l’automatisation du processus bien connu de l’écosystème Office365 en tant qu’évangéliste pour l’Europe de l’ouest. Il a ensuite créé Hub Collab, société spécialisée en automatisation de processus et plateforme Cloud Microsoft. Il a également fondé Hubi.ai, dont il est CEO.